Lectures, Magie du Foyer

Serving Fire

Serving Fire
Food for Thought, Body, and Soul
de Anne Scott
ed. CelestialArts

 

Résumé de l’éditeur :

« When we lived closer to fire, when our lives depended upon the careful tending of the hearth, we had before us a symbol of the need for nourishment that lay deep in our soul. »

So begins Serving Fire, an enchanting — and perhaps enchanted — offering of hearth lore and earth culture by Anne Scott. Food, family, mythology, history, and nature come together in a glowing hymn to hearth and home, sung with the quietly powerful voice of her own experiences. This is a feast for the eye as well as the heart.

Mon avis à moi :

Ce livre parle de notre rapport avec notre centre, ce qui nous nourrit à tous les niveaux et ce que l’auteur traduit par notre foyer. La maison, la famille, la nourriture sont des sujets qu’elle aborde et qu’elle nous aide à sacraliser via des anecdotes et des exercices.
Ce qui m’a le plus marqué avec ce livre, c’est sa simplicité. Je n’ai jamais été fan des biographies et des auteurs qui blablatent des pages durant sur leurs expériences incroyables. Ici, étrangement, ceux sont ses expériences qui font tout l’intérêt de ce livre. Elles n’ont rien d’extraordinaires. Elles sont même très communes et c’est pour ça que je me suis facilement identifiée (ou presque parce que tout le monde ne fait pas pousser ses légumes, n’est-ce pas ! :D).

Les principales critiques du livre que j’ai pu lire, lui reprochent son manque de contenu : trop court, pas assez profond, pas assez d’exemples ou de travaux pratiques. C’est vrai que ce livre est très court et qu’il ne fait qu’aborder des sujets très lourds (comme notre rapport à la nourriture, vis-à-vis de nos angoisses, de notre mode de vie, de notre manque de connexion, etc…). Cela ne m’a pas gêné, au contraire. Ce petit livre se veut sans prétention. Il nous propose simplement de réfléchir sur ce qui constitue pour nous aujourd’hui un foyer. L’auteur nous partage son point de vue, ses erreurs et ses conseils mais elle reste extrêmement ouverte sur la question parce qu’il n’y a pas UNE conception du foyer. C’est à nous de creuser plus profond, d’assainir cette conception et cette relation et, d’éventuellement, (re)construire ce foyer.

Pour revenir au sujet de la nourriture (parce que c’est le sujet principal du livre), on pourrait trouver un peu facile et déjà lu le conseil d’être présent, ancré, de bien mâcher lorsque l’on mange et de préférer une alimentation saine et en rapport avec les saisons. Anne Scott ne dit pas « faites ça et toute votre vie s’arrangera, si vous n’y arrivez pas, c’est que vous ne le voulez pas ! » Elle explique ce qui a marché pour elle et pourquoi. Les problèmes liés à la nourriture peuvent être bien plus complexes qu’une question de légumes bio ou de volonté. Préparer/acheter et manger sa nourriture en conscience et avec bienveillance pour soi est un acte qui est loin d’être facile et qui aide à se rendre compte de ce qui va et ne va pas. On devient un observateur bienveillant de sa vie de tous les jours et chaque acte en devient sacré. On touche vraiment à la base de notre être. Mais ce n’est que le début d’un très long travail.

Quand je me suis mise à étudier Hestia (dont l’auteur parle dans le livre ainsi que de plusieurs autres déesses du feu comme Gabija, Brighde ou Pele), je me suis retrouvée face à une montagne de lieux communs. Honorer Hestia, c’est honorer nos actes de tous les jours (préparer sa nourriture, manger, ranger/nettoyer son lieu de vie, rentrer chez soi, larver devant la TV, prendre une douche/un bain, passer du bon temps avec sa famille (peu importe ce que l’on met derrière ce terme), dormir, etc…). Ceux sont des trucs terriblement basiques et simples. C’est honorer son centre, là où on revient se reposer et se nourrir pour mieux repartir (rien d’étonnant au « couple » d’Hestia et Hermès, ils travaillent très bien ensemble). Ceux sont, pour la plupart, des actes que nous faisons sans réfléchir ou en rechignant. Rien de sacré là-dedans et c’est bien là le noeud du problème. Chacun de ces actes est sacré. Chacun d’eux, c’est servir le Feu. Tout le long de son livre, Anne Scott parle de ces évidences. Oui, ça tombe sous le sens mais, punaise, que c’est dur à mettre en pratique !

Donc voilà, beaucoup ne trouveront sûrement aucun intérêt dans ce livre parce qu’ils savent déjà tout ça et n’ont aucun problème. Pour d’autres, comme moi, cela mettra le doigt sur des choses douloureuses et cela donnera le coup de pouce pour entamer un travail autour de sa conception du foyer.

servingfire_2

Publicités

4 thoughts on “Serving Fire”

  1. Merci pour ce retour que j’attendais impatiemment. Un livre que, je pense, j’aurais adoré découvrir si mon anglais était moins laborieux… Foyer, nourriture, quotidien (pour reprendre tes mots clés) qui forcement me parlent…

  2. eh bien,même si c’est évident, on à toujours besoin de piqûres de rappel sur le chemin…ça remet sur les rails, ça redonne envie de s’y mettre.Pour qu’un jour enfin cela devienne naturel et habituel…♥

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s