Divination, Mythologie Nordique

Ior – la Rune du Serpent Monde

28Cette rune est communément associée à Jörmungand, le Serpent de Mer Géant dont les anneaux entourent Midgard et maintiennent le monde en place. Il symbolise la frontière entre Midgard et le reste des mondes. En même temps, on peut dire qu’il est le Tout du fait qu’il englobe ledit monde. Son caractère hermaphrodite vient conforter cet aspect double et aussi le fait que sa seule présence participe à la cohésion de notre monde mais entrainera sa chute au Crépuscule des Dieux (Ragnarök).

Il s’agit donc d’une rune qui parle de limites, ses limites. Sont-elles trop marquées et mériteraient-elles d’être assouplies ? Ou alors sont-elles trop faibles ? Ior peut aider par exemple quand on ne sait plus où l’on finit et où l’autre commence, bref, quand c’est le souk émotionnellement ^^’. Elle est aussi d’une grande aide en protection. Dans le cas où l’on souhaiterai mettre en place des limites (pour soi, son foyer, son commerce, un projet, une relation…), R. Kaldera suggère son utilisation en association avec Eiwhaz en défense et/ou Algiz en protection.

Dans son autre aspect, Ior, en incarnant la limite, se trouve des deux côtés et j’ai même envie de dire de tous les côtés. Son tracé me rappelle les six directions (en haut/en bas, devant/derrière, à gauche/à droite) avec un joli centre qui incarne la somme de toutes les directions. Ior est donc, aussi pour moi, la synthèse de tout. Ce qui est d’une grande aide lorsque l’on souhaite voire un problème dans sa globalité. Cette rune nous dit que rien n’est ni blanc ni noire et qu’il nous faut sortir de nos belles boîtes pleines d’idées préconçues pour mieux comprendre le problème et agir au mieux. La vérité est ailleurs mes amis ! ^^

Quand on pense à Jörmungand et à sa fonction (maintenir le monde en place tout en étant une énorme bombe à retardement), cela peut faire référence dans un tirage à un mal nécessaire pour un bien. Cette notion a, je pense, beaucoup à voire avec le côté « savoir accepter son lot/sa destinée » très ancrée dans la culture qui a donné naissance aux runes. Cela me rappelle aussi le sacrifice de Tyr avec Fenrir, un autre enfant de Loki comme Jörmungand. Tyr a sacrifié sa main afin d’enchaîner Fenrir et préserver temporairement la stabilité du monde. La vie est faite d’épreuves, de coups du sort mais c’est la nôtre, la seule qu’on connait, la seule qu’on vit là maintenant et s’il faut subir certaines choses pour continuer à la vivre, on le fait. Ce qui m’a choqué avec cette notion, c’est qu’il ne s’agit même pas d’avoir une vie meilleure mais de rester en vie. Il y a quelque chose de terriblement réaliste qui ramène à l’ici et maintenant. On va mourir, c’est inévitable, tout comme on sait que Jörmungand, en sortant des eaux au Ragnarök, va précipiter le monde dans le chaos. En attendant, vivons, c’est ce qu’on a de mieux à faire 🙂 .

Je n’ai pas encore pu le vérifier mais N. Pennick parle de Ior comme d’une rune magiquement liante de grand pouvoir. Ce serait dû à son association au lierre, plante de vie et de mort (on retrouve là son aspect ambigüe). Toujours selon lui, elle serait également associée au tilleul, son élément serait l’eau et son son « io ».

______

Sources :
« Runes, Theory & Practice » de Galina Krasskova
« Runes et magie » de Nigel Pennick
The Rune Site
Sur les runes et la magie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s