Ancêtres & Mort

Le Nom

J’ai déjà partagé ici quelques mots sur mes ancêtres et ma façon de les honorer. Il y a quelques semaines, ma mère a pris la décision (suite à de nombreux rêves de sa part comme de la mienne) de faire son arbre généalogique et a entamé des démarches dans ce sens.
Je savais depuis l’âge de 9 ans que je descendais d’esclaves et d’esclavagistes avec la possibilité de mettre au monde une « petite cafrine » ^^. C’est une chose de le savoir quelque part dans un coin de sa tête, c’est une toute autre histoire de le voire écrit noir sur blanc.

Au bout de quelques jours, ma mère est venue me voire. Elle avait trouvé son nom sur un site qui listait les noms d’esclaves affranchis de La Réunion et elle était totalement bouleversée. Sur le coup, je n’ai pas compris pourquoi à ce point-là, on s’en doutait. Ce n’est que lorsque j’ai vu son nom dans cette liste, parmi tout ces autres noms que j’ai compris. Lorsque l’esclave était affranchi, le maître le nommait selon son bon plaisir, comme on nomme un chien. Son nom à elle vient d’une déesse grecque, apparemment le maître en question était féru de mythologie. J’avais toujours trouvé ça rigolo ce nom de déesse, ça me faisait rêver petite… mais là, plus vraiment. On a, non seulement volé sa liberté et sa vie à cette branche de ma famille mais leur nom également. On les a marqué au fer rouge à vie, eux et leur descendance.
Il y a quelque part entre les côtes du Mozambique et le golfe d’Aden, des gens de mon sang qui portent un nom que je ne connaitrai jamais. Je me sens amputée.

Cette expérience me fait réfléchir sur l’importance du nom. Le nom dont on hérite, celui qu’on choisit de prendre (en se mariant, les pseudo du net, son nom de sorcier…), celui qu’on transmet. Les noms sont autant de liens avec nos ancêtres , des fils qui tissent le Wyrd.

Que se passe-t-il quand on change de nom ? Change-t-on son égrégore et ainsi sa destinée ?

Je me demande à quel point ce nom donné à mes ancêtres a eu comme impact sur ma vie, sur ce que je suis aujourd’hui.

Photographie, mémorial de l’esclavage aux Avirons, Île de la Réunion
Publicités

10 thoughts on “Le Nom”

  1. je trouve ça vraiment triste. notre nom, c’est notre lien le plus fort à notre passé, je crois. celui qui nous dit d’où nous venons, qu’elles sont nos racines. Mais je ne crois pas que cela change ce que tu es ou aurait été, ça c’est plus puissant qu’un nom. c’est ton âme 🙂

  2. En lisant ton message, j’ai vraiment l’impression de vivre sur une autre planète. Je ne pensais pas qu’encore dans un passé assez rapproché qu’il y avait encore des esclaves à affranchir. C’est spécial!

    Mais je vois ça un peu différemment. Ta mère, en ayant un nouveau nom, transforme sa destiné, l’égrégore lié à son passé. Ce nouveau nom est celui d’une femme libre, contrairement à son ancien lié à un passé d’esclave. Tu perds peut-être une branche de cette famille mais elle crée une nouvelle lignée avec de nouvelles possibilités.

    Il reste qu’un nom est important et chargée de tant de chose. Je reviens à ma grossesse (parce que finalement nous sommes synchronisé sur une nouvelle naissance à venir 😉 ). Après des mois, nous en sommes enfin venu à la décision d’un prénom. Et ce n’est pas facile de nommer qqun pour le reste de ses jours. D’avoir un si gros impact sur comment il se perçu dans la société. Ça du être la même chose pour ce maître qui a donné une nouvelle vie à ta mère.

    1. L’esclavage a été aboli à La Réunion en décembre 1848, c’était il n’y a pas si loin que ça. Mon grand-père ni mon arrière-grand-père n’étaient esclaves (je me suis sans doute mal exprimée ^^’) mais la génération précédente oui.
      Tout ça c’est du passé et je n’en veux à personne mais j’aurai aimé savoir et je ne saurai sans doute jamais. Je comprends ce que tu veux dire, on perd des liens en route mais on en crée d’autres. J’entends tout ça mais ça risque de me travailler encore un bout de temps ^^’.

  3. J’essaie, un instant, de me mettre à la place du maître qui affranchit son esclave… Trois cas de figure : Il affranchit un esclave pour une raison particulière, de manière exceptionnelle : le nom est probablement choisi avec soin, avec émotion, et peut-être l’esclave choisit son nom lui-même… Deuxième cas, le maître décide de renoncer à posséder des esclaves, et les affranchit tous : c’est un geste d’humanité, de renoncement à posséder. Dans les deux cas, en toute conscience il « fait » de l’esclave un être humain, il le déclare et le reconnaît comme membre de la communauté humaine et des citoyens, en lui retirant le statut d’objet, de bien meuble qui était le sien jusque là. En quelque sorte, il lui donne naissance, et ce faisant, lui donne ce nom qui l’identifie, comme un parent pour son enfant (en dehors du fait qu’il s’agit du nom de famille et pas du prénom). Ca doit être un acte fort…

    Troisième cas : tous les esclaves sont affranchis, les maîtres doivent les libérer, et probablement les noms sont donnés à la chaîne, par l’esclave lui-même et l’administration… Comme pour les juifs immigrés dans un nouveau pays, qui devaient rapidement se choisir un nom dans la langue du pays d’accueil, en renonçant à celui qu’ils portaient depuis des générations.

    Par ailleurs, je m’imagine que le choix du nom devait être le premier acte de la vie d’un homme ou d’une femme libre, et qu’à ce titre qu’il ne pouvait guère être imposée par un maître qui justement n’en était déjà plus un… mais je peux me tromper !

    (à propos, chaque femme, à chaque génération, perd son nom, son identité et son histoire, qu’elle ne peut transmettre à sa descendance… comme si nous appartenions à notre époux !)

    1. Je ne le saurai jamais mais je penche plus pour le 3è cas. D’après mes recherches, c’étaient bien les anciens maîtres qui transmettaient à l’administration le nouveau nom mais je peux me tromper. Il est fort possible aussi que l’esclave ait donné le nom qui lui a été donné lors de son esclavage, ne sachant pas quoi donner d’autres. D’ailleurs, même libres, les nouveaux affranchis continuaient de travailler dans les mêmes plantations.

  4. zoziau!plus maintenant!un époux peut porter le nom de sa femme à présent, ou les deux époux peuvent accoler leur deux noms!Pour moi cela à une certaine importance dans ce cas là, d’un point de vue féministe, alors je peux carrément comprendre que pour toi, Brume, cela ait une importance toute viscérale!
    garde quand même cette première impression par rapport à ce nom, une Déesse!c’est pas rien comme symbole, comme énergie pour votre lignée!c’est beau.
    Je comprend mieux tes dernière semaines un peu mouvementées émotionnellement.
    C’est un beau travail que vous entamez là entre mère et Fille…un beau partage, malgré tout, et une histoire si forte, si pleine de sens….sois une Femme Libre en l’honneur de tes ancêtres, lève haut la tête, et continue à penser à eux….oui quelque part il y à quelqu’un qui peut être porte un nom que tu aurais pu porter…..peut être!car les lignées, les noms, s’éteignent aussi….
    Je ne crois pas qu’il faille se focaliser là dessus…surtout, que comme chacun le sait à présent, nous sommes tous frères et soeurs!!!!!!!
    nous venons tous d’Afrique, et nous avons même presque tous du néanderthal en nous!c’est magique…..
    je ne suis pas très constructive, mais j’espère que tu comprendras l’idée générale de mon message!♥
    bises ma soeur^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s